Marie-Françoise Plissart est une complice depuis plus de 30 ans. J’ai toujours admiré son travail. Elle m’a suivi en photographiant des scénographies souvent très difficiles à saisir, le mouvement des lumières rendant la prise de vue souvent aléatoire. Il y a une petite vingtaine d’années, j’étais déjà intervenu sur ses tirages photographiques mais l‘emploi du papier baryté limitait le format et le travail graphique. Les nouvelles techniques d’impression nous ont permis de travailler sur des formats de près de deux mètres et sur des papiers qui accueillent favorablement une intervention de dessin et de peinture. Dans ses archives, nous avons choisi parmi les photos réalisées à la chambre technique, les lieux où aurait pu circuler la Type 12. Ce travail était un dialogue constant où nous cherchions ensemble la meilleure façon de faire surgir cette locomotive.